Partagez|

Contexte Historique de NKS

avatar
Amonkira

元祖 ♦ Hunters Lord
Nibi Jinchuuriki - GHOST
Messages : 104
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 26
Localisation : Hmmm...Dans mon canapé

Fiche Shinobi
Expérience:
70/200  (70/200)
Succès Déverrouillés:
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-keiro-sentaku.forumactif.biz
MessageSujet: Contexte Historique de NKS Lun 24 Jan - 8:57




► Contexte historique de NKS ◄


•• Base du forum ! ••


KONOHA

Shimura Danzô : Le Hokage sombre, celui qui fonda le village de la feuille macabre. Lorsqu’il devint Hokage, les choses changèrent radicalement. La brume sanglante qui faisait parler d’elle depuis si peu de temps inspira le Sandaime Hokage pour l’enseignement des nouvelles recrues. Si à Kiri il fallait être le survivant de l’examen, Konoha avait plus de considération pour ses militaires. Il fallait porter un coup mortel à son meilleur ami, au minimum. Sa mort n’était qu’une conséquence.
En outre, Danzô accentua la fermeté de son pouvoir en créant plusieurs unités officieuses d’assassinat, d’espionnage et d’investigations dans les autres nations en plus des ANBU. Il décerna également de nouveaux pouvoirs au clan Uchiha (voir Uchiha et Konoha).
Lorsque le temps fût venu pour lui de laisser sa place, Sandaime désigna qui serait le nouvel Hokage ; Orochimaru. Son choix ne fût pas une réelle surprise, mais les quelques shinobi qui étaient restés ou qui étaient dévoués à la cause d’unification de Danzô avaient espérer quelqu’un de moins ambitieux et de moins glauque. Danzô savait que la guerre avait prit les parents du Serpent Blanc et qu’il était obsédé par la résurrection et les vérités du monde. Un moyen facile de continuer d’appuyer son contrôle sur Konoha.
Avec ses réformes institutionnelles, Danzô perdit un grand nombre d’habitants. Les civils n’étaient pas soumis aux lois martiales, et ils quittèrent le village sans demander leur reste. Les shinobi durent cependant user de ruse et d’artifices pour déserter. La situation démographique et économique du village dégringolant, Sandaime se servit alors de ses unités spéciales non reconnues pour fomenter conflits et peut-être même une guerre. Avec subtilité et machiavélisme, il induit les autres villages à se taper dessus, générant ainsi une guerre ouverte. Et les Uchiha entrèrent en scène pour repeupler le village. Les prisonniers de guerre furent soumis à d’immondes traitements, à des chimères et furent reprogrammés pour servir Konoha. Tel était le but de la seconde grande guerre shinobi. Danzô n’en fût jamais tenu pour responsable.



Sarutobi Hiruzen : Le singe sauteur s’est longuement et farouchement opposé aux décisions de son ami d’enfance Danzô. Malheureusement, il n’eut jamais gain de cause. Au contraire, l’Hokage l’éloigna en lui confiant une équipe pleine de promesses composée d’Orochimaru, Jiraya et Tsunade. Après leur formation, Hiruzen continua les missions jusqu’à l’aube de la seconde grande guerre shinobi. Danzô était prit de mégalomanie et il se devait de l’arrêter. Et les moyens dont il disposait n’étaient guère suffisant. Aussi il quitta le village à la recherche d’autres personnages ambitieux qui pourraient l’aider à redorer le blason de Konoha. Sa quête le mena finalement à Kiri, après une petite odyssée dans le monde ninja, où il rencontra l’homologue de Danzô, Yagura. C’était un gamin à l’époque.
Si Hiruzen était quelqu’un de très sage et d’incroyablement naïf, il n’en était pas moins intelligent. Il découvrit la supercherie qui régissait le gouvernement de la Brume et débusqua celui qui tirait les ficelles dans l’ombre. Un certain Madara. Il était bien connu de Konoha, et Sarutobi s’étonna de le voir encore en vie. Il n’y eut pas de combat, à la grande surprise du lecteur. Le Professeur fort croyant du pouvoir des mots discuta de ce que le Uchiha avait fait et de ce qu’il en était aujourd’hui pour son clan. Les raisons lui appartenaient, mais Madara accepta de s’allier à Sarutobi pour un jour renverser Konoha.
À la suite de quoi, Hiruzen vieillit. Il passa les années suivantes à Suna où il devint le respecté représentant des réfugiés de Konoha.



Orochimaru : Après avoir perdu ses parents lors de la première guerre shinobi, Orochimaru se tourna vers le coté obscur du ninjutsu, obsédé par les techniques de résurrection, réincarnation et les vérités du ninpô. Sa formation avec Hiruzen lui permis de s’aventurer dans les valeurs du ninjutsu. Considéré comme un génie par ses pairs, le serpent blanc fût rapidement repéré par le Sandaime Hokage. Celui-ci le choisit comme une sorte de bras droit lorsque sa formation fût achevée.
Vint alors les jours où Orochimaru s’engagea plus activement dans ses recherches. Le Hokage avait également des intérêts dans ces recherches, notamment sur le sujet du premier Hokage. Au début, le vil serpent se servait des étudiants qui échouaient à l’examen genin pour ses expériences. Et il finit par s’intéresser aux Uchiha et à leurs yeux.
C’est après la seconde grande guerre que Danzô désigna Orochimaru comme son successeur. Bien évidemment, le Sandaime garderait les rênes du village dans l’ombre, aux cotés de son disciple. Konoha obtint alors une nouvelle image avec le serpent blanc à sa tête. Et les expériences continuaient.
Aujourd’hui, Orochimaru se sent de plus en plus oppressé par la contention de sa liberté d’action en tant que Hokage par son « maitre ».

Uchiha Itachi & Uchiha Sasuke : L’histoire, l’odyssée des deux plus grands Uchiha de cette génération. Né dans le clan de l’éventail en plein cœur de Konoha lors de la grande période de Danzô, Itachi fût rapidement remarqué pour son génie et son talent. Cependant, quelque chose ne permettait pas sa pleine collaboration. Il refusa de s’attaquer à son meilleur ami, Uchiha Shisui lors des examens. Et c’est avec une logique implacable qu’il convainquit ses examinateurs de ne pas poursuivre le combat. En effet, Shisui et lui étaient deux grands atouts pour l’armée de Konoha, aussi effrayants pouvaient-ils être pour leur jeune âge.
À la naissance de Sasuke, Itachi entreprit une forte relation avec son petit frère. Il s’occupa de lui jusqu’à ce qu’il soit en âge de courir. Ensuite de quoi, le génie Uchiha s’engagea dans les rangs de Konoha où il grimpa rapidement les échelons de la hiérarchie shinobi pour finalement devenir un membre des forces spéciales à l’âge de treize ans. Sasuke, envieux et jaloux n’eut de cesse de vouloir le surpasser. Cela lui prit plus de temps, faute d’un père très présent lors des entrainements. Aussi, c’est Itachi qui forma son cadet. Et c’est ensemble qu’ils firent sortir des souvenirs oubliés la légende des deux frères Uchiha. À l’image de leurs prédécesseurs, Madara et son frère, Itachi et Sasuke devinrent les plus puissants Uchiha connus à ce jour, chacun dirigeant son équipe des forces spéciales.
Mais des yeux se posent sur eux, du plus haut point de Konoha.



Konoha, Uchiha et les autres clans : Après la nomination de Danzô au poste de Hokage, la mentalité du village de la feuille changea de façon radicale. D’une part, il demeurait ceux qui avaient vécu et apprit sous le règne des deux premiers Kage. Ceux-là conservaient la volonté du Feuen eux. Ils n’eurent d’autres choix que de se plier au nouveau régime. Et lorsqu’il y eut les premiers examens de sélection des genin, il y eut une première vague de contestations violentes et d’émigration autant du parti militaire que civil. À l’aide de ses shinobi loyaux et au cerveau lavé, le Hokage ramena l’ordre dans son village.
Le clan Uchiha, qui était le premier à réagir, vit ses conditions de vie s’améliorer. Si autrefois le clan de l’éventail avait été confiné dans un quartier du village shinobi et que très peu des membres accédaient à de hautes fonctions, à cette époque Danzô leur octroya de plus grandes libertés. Ainsi, la police de Konoha s’agrandit pour ne devenir que l’unique force de l’ordre au sein du village de Konoha. Les shinobi, juunin, ANBU ou même des unités officieuses, n’intervenaient que dans les affaires externes ou dans les cellules non policières. Les Uchiha devinrent rapidement une des superpuissances de Konoha. Les membres civils se développèrent hors de leurs quartiers faisant profiter au village leurs produits, développant une nouvelle économie dans le village. Et enfin reconsidérés depuis la fondation du village, les shinobi de l’éventail se sentirent plus fiers et impliqués dans les affaires courantes de Konoha.
Certains clans implantés dans la Feuille présentaient des capacités hors du commun, des techniques uniques que le Hokage ne manqua pas de remarquer. Ainsi, de jeunes enfants des clans Nara, Yamanaka, Aburame et même Hyuuga furent enlevés à leur famille pour suivre un entrainement différent des genin lambdas. Une formation qui les rendrait dociles et loyaux envers la cause du Sandaime. Lorsque la formation s’acheva, les parents de ces jeunes recrues crièrent au scandale, outrés par les méthodes de l’Hokage. En effet, ils ne reconnaissaient plus leurs enfants.
Suite à la désertion massive, le conseil du Hokage réclama une solution pour reconquérir l’économie et la population, l’un n’allant pas sans l’autre. Vil et fourbe, le Hokage prit la résolution de lancer des conflits entre certaines nations, allant jusqu’à risquer la guerre ouverte.
C’est ce qui arriva, et le clan Uchiha au service de Konoha reprogramma les prisonniers de guerre pour en faire de nouveaux agents de la Feuille. L’Après-Guerre permis à Konoha de s’accroitre.

Mais l’instruction qu’exigeait Danzô ne cessa pas. Il continua de former son armée asservie et manipulée, tant et si bien que les rares personnalités qui étaient restées à Konoha ourdirent une révolte. Le clan Hyuuga s’y engagea le premier, suivit par civils et autres clans. Pour éviter les débordements sans perdre en population, le Hokage instaura la loi martiale, régie et imposée par les Uchiha, grands maitres des illusions et relativement bons shinobi. Le peuple de la Feuille se retrouva au bord de la guerre civile, jusqu’à ce que le clan Hyuuga décidât de déserter totalement Konoha. S’ils avaient pu encore encaisser les maltraitances morales de l’enseignement de Danzô par les pouvoirs que leur influence politique leur permettait, ils ne pouvaient se laisser enfermer dans les hautes murailles du village ninja du pays du feu. L’affaire fit scandale, des troupes furent dépêchées pour ramener le clan de l’œil blanc morts ou vifs. Il était hors de question que le puissant dôjutsu appartienne alors à un autre village. Et c’est Kumo, grâce à un efficace réseau d’information, qui proposa d’accueillir le clan pour les mettre à l’abri de Konoha.
D’autres clans firent pareils, mais seulement ceux qui étaient encore conscient de leur liberté. Autant dire qu’ils étaient rares, les individus restant à cette époque.

La suite de l’histoire de Konoha resta sur ce fil conducteur de manipulation mentale des populations, mais également de quelques disparitions ou nominations excessives par le Yondaime Hokage, Orochimaru. Aujourd’hui, Konoha est appelé « village de l’arbre mort » en raison de la perte de la volonté du feu et de tous les enseignements des deux premiers Hokage.


KIRI

Uchiha Madara : Le leader déchu du clan Uchiha survécu face au premier Hokage. Il prépara sa vengeance pendant son affrontement, conscient qu’il ne pourrait détruire le Hokage. Il récupéra ainsi des cellules de Hashirama, mais il n’avait pas prévu que son combat le blesserait autant. Il erra alors pendant de longues années, attendant une guérison qui ne viendrait peut-être plus jamais. Ce qu’il fit pendant de longues années avant de s’installer à Kiri n’est connu que de lui et de peut-être certaines personnes qu’il rencontrât.
Lorsqu’il apparut à Kiri, il découvrit une opportunité d’ourdir ses plans en secret. Pour cela, il manipula mentalement le très jeune mais néanmoins puissant Yondaime Mizukage, jinchuuriki de Sanbi. Une prouesse inhabituelle. En le manipulant, Madara instaura un règne tyrannique qui plus tard valu un nom bien connu de Village de la Brume Sanglante. Et les plans de Madara commencèrent dès lors. La formation des shinobi attira l’attention de Danzô, Sandaime Hokage. De nombreux shinobi de la Feuille furent envoyé en formation dans la Brume Sanglante, disculpant alors Danzô. Et de cette façon, l’ex-leader des Uchiha se permit de recueillir des informations sur son ennemi juré : Konoha.
Quelques temps plus tard, Madara eut la surprise de rencontrer Sarutobi Hiruzen, un shinobi qui était bien parti pour devenir le troisième Hokage, ce qui ne se fit pas. Hiruzen n’était pas plus préparé à rencontrer le Uchiha. Ils eurent un échange sur ce que devenait Konoha, sans réelle animosité. Jusqu’à ce que le Professeur lui demande de l’aider à reprendre Konoha des mains de ce tyran qui avait asservit les Uchiha. Fou de rage, Madara accepta de ne pas travailler sur de sombres desseins jusqu’à ce que le village de la Feuille soit reprit par quelqu’un d’autre. Entre autres choses, il promit également d’adoucir ses méthodes, ce qui normalement ennuierait l’Hokage.



Les Sept Épéistes de Kiri : Lorsque Yagura accéda au pouvoir (sous la « légère » influence de Madara), il créa un groupuscule de sept shinobi combattant avec des sabres aux propriétés uniques. Cette équipe lui servirait alors de groupe d’intervention tactique pour des missions dangereuses ou plus ou moins contestables, comme par exemple éliminer le daimyo trop répressif. Annoncée à la population, cette équipe travaillerait officiellement comme un commando assassin. Bien évidemment, dans l’ombre ils servaient les noirs desseins de maitre Madara mais sur la rampe d’accès légale. En prenant de l’importance, les bretteurs de Kiri devinrent respectés de tous et reconnus de tous comme étant le commando le plus efficace. La plupart de leurs missions étaient à double objectifs, l’un pour préserver Kiri, l’autre pour servir le Uchiha.



Kiri et ses clans : Si Kiri paraissait brutal pour ses méthodes et ses actions de terrains, il n’en était pas moins pour les clans qui y habitaient. Kaguya Ichizoku était connu comme leplus violent, un ramassis de brutes sanguinaires et violentes sans cervelle. Il était clair qu’ils manquaient d’éducation. Et si le Mizukage ne s’était pas montré magnanime à leur égard, leurs agissements auraient pu provoquer la fin toute entière des clans de Kiri.
Lorsque les Kaguya s’engagèrent dans une bataille contre Kiri entier, peu d’entre eux survécurent. Les corps furent brûlés pour l’exemple, et les quelques qui s’en sortirent furent envoyé dans ce qu’ils croyaient être une prison. En réalité, il s’agissait d’un complexe scientifique dont les expériences et recherches étaient dirigées par une brillante équipe. Leur but était de récupérer des cellules souches ou quelque gènes pour recréer le gène Kaguya dans des êtres moins arrogants et moins stupides. Certains paraissaient moins vindicatifs, aussi on les inscrivit dans un programme de rééducation. En d’autres mots, on leur lava le cerveau à coups de drogues, d’illusions et de manipulations.
Les expériences donnèrent naissance à une nouvelle palette de techniques héréditaires. Naquit ainsi les premiers membres du clan Kesshikisho, capable de contrôler leur moelle osseuse pour générer plus ou moins de sang dans leur corps. Il fallu toutefois une bonne dizaine d’années, voire plus, pour que quelques techniques soient au point. Les capacités de ce nouveau clan pouvaient se révéler efficaces sur un plan de soutien comme offensif, ce qui était assez rare. Aussi on leur octroya le droit d’exister.
La réhabilitation des Kaguya se passa relativement bien, pour que les quelques qui avaient survécu et intégrer le programme de réinsertion sociale puissent retourner vivre parmi les autres villageois comme des êtres normaux dépourvus de cette irréductible stupidité qui leur avait couté la vie.
Les villageois acceptèrent difficilement les Kaguya dans leurs rues, eux qui avaient été responsable d’un massacre il y a une décennie. Il leur était donc difficile de s’intégrer. Et si le village vivait dans une précarité certaine, les réhabilités vivaient encore plus difficilement. Les commerçants étaient rares à bien vouloir leur vendre un produit. Ou même le vendre à un prix abordable.

Si auparavant Yagura était un personnage froid et cruel méprisant les clans de Kiri, Madara se montrait plus enclin à les laisser se développer à leur aise afin de renforcer la puissance globale du village. Grâce à cette intervention que certains considérèrent comme un revirement de situation ou un caprice de maitre Mizukage, le clan Yuki parvint à survivre de justesse aux multiples massacres de clans. Les Sculpteurs sur Glace se virent octroyer une nouvelle chance de prouver leurs dons. Ils se manifestèrent d’une efficacité sans pareille pour les missions de sabotage notamment, et comme ninjas de soutiens parmi les unités médicales. De plus, leur kekkei genkai se montre redoutablement efficace face aux utilisateurs de sharingan, ce que le village considéra comme un atout puisqu’en conflit avec Konoha, le siège des Uchiha.

Avant que Madara ne reprenne les rênes dans l’ombre, Kiri était connu pour son isolement, sa brutalité et son comportement vindicatif. Mais depuis quelques années, les choses ont changées. Si l’ardeur au combat des shinobi n’a pas remué, ou peut-être s’est élevée pour que Kiri assure sa place de nation dominante, les actions irréfléchies ont totalement disparues. Kiri est un village honnête disposant aujourd’hui d’une force de frappe suffisante pour faire basculer les choses en sa faveur. Les villageois se plaisent sous l’épaisse brume humide, et le commerce, bien que toujours difficile, est florissant. Bien sûr, pas au niveau de Kumo, mais quand même !



KUMO

Yotsuki Ay : Successeur de feu son père le Sandaime Raikage, Ay continua à entretenir le village que son père lui a laissé d’une main de fer. Autorité et discipline étaient ses maitres mots. Il continua aussi à trouver un réceptacle compatible pour le Hachibi, responsable de nombreuses morts dans le village. L’ « Oxtopuss » trouva finalement un réceptacle qu’on nomma Killer Bee, second de Ay. A, B en anglais quoi ?
Le Yondaime Raikage perpétua également les nombreux contrats, alliances, pactes etc qui avaient été créés par son père. Ainsi, Kumo doit toujours allégeance à Konoha, dirigé par les terribles Danzô et Orochimaru. Ce qui déplait infiniment au Raikage. C’est pourquoi la politique de désarmement mondial ne lui faisait pas d’effet. Le temps passant sans guerre, Ay trouva le temps long pour les shinobi. À quoi bon les former au combat et à la guerre s’il n’existe pas de conflits ? Il eut alors l’idée de s’investir dans la lutte anti-criminelle et à la traque des déserteurs. Des shinobi de son propre village couraient les plaines et les villes en possession d’informations, et surtout, ils avaient commit le plus infâme des crimes ; la désertion.
De petites unités furent formées plus intensivement dans le seul but de traquer ces personnes et de soit les tuer, soit de les arrêter et les mettre derrière les barreaux.


Hyuuga Hisashi & Hiashi Hyuuga : Les deux chefs du clan Hyuuga. Pourquoi les chefs, alors que l’un est de la branche secondaire ? Parce que lorsque la loi martiale fût instaurée à Konoha et que les Uchiha persécutèrent les Hyuuga, ces derniers partirent du village. L’expérience permit à tous de comprendre ce qui était réellement important entre la pérennité du clan et son bien-être ou des querelles interminables et dangereuses sur les deux branches. Les jumeaux arrivèrent alors à la tête du clan, contre toute attente et malgré un grand nombre de protestations.
Leur arrivée à Kumo se déroula très bien. Ils étaient même attendus. Ils soupçonnaient surtout l’attente de leur fameux Byakugan. Et à leur plus grand étonnement, ils ne furent pas enfermés dans des quartiers restreints ou des laboratoires médicaux pour l’extraction de leur précieux dôjutsu. Non. Il leur fût permit de s’installer où bon leur semblait, dans la limite de la disponibilité des logis libres. Ce n’est que plus tard que Ay, le Raikage, leur demanda de s’investir dans l’armée shinobi de Kumo, comme ninjas à part entière. Face à l’hospitalité et une promesse de protection de la part de Kumo, les jumeaux ne surent refuser et intégrèrent les rangs des Nuages.


Kumo et ses clans : Si le clan Yotsuki constitue une force majeure dans l’armée de Kumo, il occupe également une place importante dans la politique du pays. Par ses nombreux représentants hauts placés, et les résultats sont presque toujours optimaux. L’éminence même des Yotsuki est le Raikage, plus respecté que n’importe quel chef du clan. Autrefois, le paternel d’Ay était aussi assit sur le trône. Le quart des ninjas de ce clan sont dans les forces d’intervention spéciales contre la criminalité.
Mais ils n’étaient pas les seuls à étendre une influence certaine à Kumo et dans le pays de la Foudre. En effet, les Hyuuga ont élu domicile aux Nuages dans le but d’échapper aux oppressions militaires de Konoha. Même si en vérité, Kumo doit allégeance à Konoha pour lui avoir permit d’informer que les Hyuuga étaient les bienvenus dans le village caché des nuages. Il fallu tout de même un certain temps avant que le clan à l’œil blanc puisse être perçu par chacun comme membres à par entière du village. Et puis ils démarquèrent leurs étonnantes capacités au combat. Mais il n’y avait pas que ça. Les Hyuuga sont connus pour leurs désaccords en termes de politique interne, avant l’instauration de la loi martiale à la Feuille. Aussi, quelques rares membres du clan purent accéder à de prestigieuses places et être de bon conseil. C’est en partie grâce à eux que Kumo est devenu si riche et fort. Encore aujourd’hui, tous ignorent le traité signé avec Danzô.
Un autre clan à Kumo grandit d’année en année. Il s’agit du clan Sorâruku. Il est parfois dit d’eux « Ceux Qui Marchent Sur Les Nuages ». Il y a deux explications à ce surnom. La première date des débuts de ce fabuleux clan. Capables de manipuler le magnétisme et ce qui s’y rapporte (d’une certaine façon), on les croyait capables de s’élever dans les cieux et de piétiner les nuages. Évidemment, il ne s’agissait là que de légendes urbaines et d’extrapolation. La seconde raison est que le clan Sorâruku compte le plus grand nombre de traîtres et de déserteurs jamais vu dans un clan ninja. C’est en partie à cause de ce clan aux valeurs peu sûres que le Raikage créa l’organisme de lutte anti-criminalité.
Le clan Sorâruku, pour le peu qu’il en reste à Kumo, est très investit dans le développement matériel militaire, la recherche de matériaux de construction et possède de nombreux avoirs et investissements dans les forges. Ils n’appuient pas tous les projets du clan Tao.
La présence de ces trois clans fait de Kumo la première puissance militaire au monde. Cependant, ils manquent cruellement de stratégie, préférant les méthodes bourrines à la subtilité. Leur allégeance à Konoha les restreint énormément leurs actions et leur économie. Après de longues années de silence, les Nuages se décideront peut-être à combattre le véritable ennemi.


SUNA

Yondaime Kazekage : Les choses ont changées à Suna, et pas qu’un peu. Alors que Danzô devenait Sandaime Hokage, le village du sable dû faire un choix difficile : conserver ses accords et traités datant des conflits d’antan ou déclarer le maitre de la perfidie comme ennemi. Fort heureusement, Sandaime Kazekage s’opposa à tout traité d’alliance avec un être aussi sournois que Danzô. Suna changea alors de camp et s’allia avec d’autres villages ninja, pour assurer une stabilité économique et pacifique.
Quelques années plus tard, le Sandaime disparu de façon mystérieuse. Le village le chercha en vain pendant plusieurs semaines jusqu’à ce que le conseil abandonne les recherches. Il fallait un nouveau Kazekage. Deux candidats avaient été retenus. Le premier était un shinobi se servant d’un sable d’or, une sorte d’aurokynésie. L’autre était une femme du clan Enten(*). Si le premier était un être sombre, solitaire et machiavélique, la seconde était une jeune femme souriante et chaleureuse. Les défauts et qualités respectives des deux prétendants au poste étant importants, le conseil décida toutefois de trancher en faveur de la demoiselle.
La force de cette jeune femme résidait dans sa profonde gentillesse et candeur. Elle inspirait la confiance et le bien-être aux villageois. Et elle défendit toujours, aussi ardemment qui lui était permis, les droits de ses concitoyens.
Touchée par la crise d’émigration de Konoha, la jeune Enten, le cœur sous la main nia les anciennes querelles et fit construire un camp pour les réfugiés. Elle participa activement à l’intégration des réfugiés et leur disposa tout ce qui leur était nécessaire.
Cependant, la pauvre est beaucoup trop candide pour envisager des représailles.

(*)Enten peut se lire de plusieurs façons différentes. Les kanji utilisés étant ceux de soleil brûlant ou chaleur torride, en décomposant les idéogrammes, on peut lire honoo (flamme) et ten [Deva (divinité dans le bouddhisme, hindouisme…)]


Uzumaki Kushina & Namikaze Minato : Alors tous deux âgés de huit ans lorsque la loi martiale fût instaurée à Konoha et que les choses allèrent de mal en pis, les familles des deux étudiants en ninjutsu émigrèrent de Konoha vers Suna dans le but d’y trouver refuge.
Arrivés orphelins dans le désert, Kushina et Minato ne purent compter que sur eux. Jusqu’à ce que l’on apprenne de manière certaine qu’une puissance immesurable habitait les entrailles de la jeune Uzumaki. Rapidement, elle fût recueillie par une riche famille de Suna, bien entourée et constamment protégée. Il est presque inutile de dire que Habanero ne se laissa pas filer éternellement et s’en allait souvent retrouver ses amis, et spécialement Minato.
Ce dernier avait été placé dans les centres familiaux du camp de réfugié, où il vivait dans une sorte de grande famille. Rapidement, sa personnalité de leader l’éleva à la place de grand frère, qui aujourd’hui est toujours d’actualité (en effet, tous ceux ayant vécu dans le camp de réfugié l’appelle Minato nii san ou autre formule fraternelle).
Les deux intégrèrent l’académie ninja de Suna pour quelques cours supplémentaire avant d’être assigné à un jônin chacun. En dix ans, il se déroula un grand nombre de missions au cours desquelles chacun pu s’épanouir à sa manière. Kushina et Minato sortirent ensemble, se rendirent heureux, se marièrent et eurent un premier enfant : Naruto.
Le statut de Jinchuuriki de Kushina n’était plus un secret pour personne. À Suna, Shukaku, l’ichibi était connu de tous et terrifiait déjà les villageois. Imaginez ce qu’il en était pour Kyuubi, surtout que Danzô n’avait jamais abandonné l’idée de le récupérer par tous les moyens possibles et nécessaires. Chacune de ces tentatives se solda par un échec grâce à son époux Minato.
Minato entraînait et élevait son fils comme le père qu’il a toujours voulu être. La complicité qu’il avait avec Naruto était immuable. Jusqu’à ce que s’installe un nouvel évènement. Kushina mit au monde une ravissante petite fille de deux ans la cadette de Naruto.
Un jour, le conseil de Suna décida qu’il était temps de mettre fin aux escarmouches et aux sabotages de Danzô une bonne fois pour toute (il attaquait souvent Kushina via ses soldats). Et on décida de créer un nouveau jinchuuriki, stable, pour l’ichibi. Kushina s’y opposa violemment. Ayant vécu ce que tout jinchuuriki vit, elle expliqua qu’aucun enfant ne pouvait être suffisamment stable. Appuyée par presque tous les ressortissants de Konoha, elle obtint gain de cause. Il fût toutefois retenu que l’un de ses enfants pourrait être un éventuel jinchuuriki à l’avenir.

Sabaku no Ichizoku : Ressorti plus fort de son affrontement pour le poste de Kazekage, le patriarche du clan du Désert obtint une place de choix au sein de l’administration de Suna. Il devint un des membres du conseil. Son caractère franc et direct et son machiavélisme en firent un exécutant de choix pouvant facilement aborder les sujets délicats et proposer des solutions efficaces. Toutes ne plaisaient pas à la nouvelle Kazekage, mais il était capable de se montrer persuasif. Puis vint les trois naissances du Désert, espacées de quelques années : Temari, Kankurou et Gaara. Ce dernier naquit chétif et frêle, blessant également Karura, la mère de famille. Celle-ci mourru des suites de son accouchements en faisant vœu de protéger son cadet à tout prix. C’est ainsi que l’esprit du Désert s’invita chez Gaara et lui conféra de grands pouvoirs liés au sable. Gaara était potentiellement un excellent réceptacle pour l’Ichibi, mais dame Kazekage s’était rangée du coté d’Uzumaki Kushina. Commença alors une quête d’influence et de popularité. Le veuf s’arrangea pour que Gaara rencontre le fils de cette populaire Kushina ; Naruto.
Ils devinrent vite ami, le frêle et solitaire Gaara et l’inépuisable et fier Naruto, la paire d’as.
Grâce à cette forte amitié, Gaara se découvrit un potentiel inconcevable. En quelques années il devint un juunin respecté et admiré par ses pairs et kôhai. Faisant terriblement jalouser Naruto qui s’enquit de redoubler d’effort.



Uzumaki Naruto & Uzumaki Sister : Uzumaki Naruto naquit à Suna au sein de son chaleureux foyer. Un enfant très vif et reconnu inépuisable et insatiable (au grand dam de Kushina, la pauvre). Il gardera sans doute les plus grands défauts de sa mère, à savoir son coté bruyant, ses expressions et son impulsivité. Néanmoins, il reçoit de l’éducation paternelle une force inégalable, celle de protéger ceux qu’on aime. Naruto arriva rapidement à la conclusion que surpasser papa, il fallait devenir un shinobi aussi fort et talentueux. Lorsqu’arriva sa sœur, le blondinet ne comprit pas tout à la situation. Il se sentit délaissé pour sa petite sœur, Noriko. Sa maman avait beaucoup à faire entre les séances d’allaitement, les siestes en journée et les couches à changer, tandis que son papa paraissait plus distant. Il ne comprenait pas non plus pourquoi mais il voulait lui aussi protéger sa petite sœur.
C’est pourquoi à quatre ans, lorsque la fillette pouvait laisser un peu de répit aux parents, Naruto demanda à devenir un grand shinobi comme papa et maman pour lui aussi protéger tout le monde. La plupart du sens de sa demande lui était incompréhensible, sans doute trouvait-il que les mots allaient bien ensemble. Mais il ne se défila pas pour autant et n’abandonna pas l’idée. Il revint chaque semaine avec la même demande aux lèvres. Mais il était encore trop jeune.
Lorsqu’il eut six ans, Naruto pu intégrer l’académie ninja de Suna. Son grand jour. Il se battit avec un gamin de Suna dès la première heure. Les choses s’amélioreront quelque peu à la rencontre d’une ribambelle de camarades et compatriotes.
Noriko désira suivre le même chemin que sa maman et son frère adoré. C’est donc aussi à l’âge de six ans qu’elle entra à l’académie ninja. À elle, il fallu deux jours avant d’engendrer une bagarre. Une fillette de sa classe avait osé dire qu’elle trouvait Naruto idiot. Bien qu’étant la cadette, elle se saignait aux quatre veines pour son frère. Cette proximité quasiment constante manqua de rendre Naruto fou. Il était épié, espionné, suivi, son honneur protégé par sa sœur…en plus de l’omniprésence de celle-ci. Toutes les raisons étaient valables pour fourrer son nez dans les histoires de l’ainé Uzumaki. Vint finalement l’année de la promotion de Naruto, qui devint officiellement un genin. Quelle tristesse envahit le cœur de la cadette ! Elle avait pourtant même essayé de le faire doubler pour rester avec lui à l’académie. Naruto entra dans une équipe et devint de moins en moins présent. De même que maman Kushina et papa Minato, eux aussi de grands ninjas.
Malgré les efforts de la famille pour rester présente, la gamine de huit ans se sentait délaissée. Elle redoubla d’efforts pour être remarquée (oui, elle est plus intelligente que Naruto), et termina ses études un an plus tôt que son frangin. Onze ans et elle devint genin dans une équipe supervisée.

La suite, au prochain numéro !


Hatake Kakashi : Le fils du célèbre croc blanc naquit dans le campement de réfugiés, à Suna. Sakumo se dévoila être un bon père, mais pas nécessairement très présent. Il incarnait une image charismatique d’autorité et de réussite pour tous, mais encore plus pour Kakashi. Sakumo était aussi respecté que Namikaze Minato, peut-être autant que Jiraya ou Tsunade. Le jeune Kakashi n’eut malheureusement pas le plaisir de connaître sa génitrice, car celle-ci décéda quelques mois après l’accouchement. Ce qui ne laissa vraisemblablement pas tant de séquelles. Au contraire. À peine arrivé en académie, l’épouvantail passa pour un véritable petit génie auprès de ses camarades et sensei. Son attitude renfrognée, fermée et mystérieuse lui attira un franc succès.
Il termina ses études très jeune, cinq ans, et intégra une équipe de genin dirigée par Minato Namikaze, jusqu’à ses treize ans où il fût promu juunin. Il faisait la fierté de son paternel et de son sensei.
Et comme aucune vie ne vaut d’être vécue sans une tragédie, Kakashi vécu son lot. Quelques jours après sa promotion, Sakumo disparu lors d’une mission. Il y eut deux versions de ses équipiers. La première étant que le croc blanc s’était livré aux troupes de Konoha la noire pour les sauver. L’autre fût qu’il fût tué et son corps ramassé par les troupes de la Feuille. Il n’est pas à douter que l’un de ces équipiers, si pas tous, furent pris dans un genjutsu lancé par un sharingan. Kakashi perdit également un ami et un équipier en mission, ce qui laissa quelques traces dans son caractère.
Génie à l’état pur, l’épouvantail devint un membre des forces spéciales de Suna, respecté et admiré pour son talent et son ingéniosité.


Suna et ses clans : Les clans qui ont déserté Konoha à l’époque de la folie répressive de Danzô n’étaient pas aussi grands qu’ils auraient pu l’être. C’aurait été merveilleux si la fuite des habitants de Konoha s’était faite dans la paix, la joie et la bonne humeur. Mais une défection et une émigration des rangs de Danzô, ça se passe surtout dans les larmes, le sang et la peur. Des dégâts tels que le nom de clan pour certaines personnes perdit son sens. Quelques rares familles purent encore se faire appeler clans. Ce fût le cas pour les Nara. Ils arrivèrent à dix environs. La réputation du clan de l’ombre n’est plus à faire, et il fallu peu de temps pour qu’ils le prouvent à tous. Appuyés par les Akimichi, amis de toujours et de chaque génération, ils proposèrent les meilleures solutions pour les fuyards de Konoha aux amis de Suna. Les pauvres étaient dépités, sans logis, expatriés par la force des choses, et Suna, le plus proche village, celui avec qui ils avaient eu des démêlés plus que conflictuels auparavant étaient leur seule chance de s’en sortir. Y voyant une véritable aubaine à long terme, et sans doute séduits par les arguments de quelques représentants des demandeurs d’asile, les dirigeants s’accordèrent pour aménager un camp pour eux.
Les choses partirent d’une misère sans nom. Encore touchés par la précédente guerre, les habitants des Sables étaient fermés aux étrangers. S’ils daignaient leur vendre des vivres, c’était au prix fort. Parfois même le triples pour les plus rancuniers. La situation ne convenait pas. Il fallait améliorer les choses, rendre le campement plus confortable, rétablir les relations.
Le clan Enten, résident séculaire du pays du vent se sentait impliqué dans cette scandaleuse condition. Quelques rares membres tout du moins. La plupart s’opposait à toute coopération avec eux, estimant que les recueillir un temps était suffisant. Ceux qui étaient favorables à l’intégration des demandeurs d’asile de Konoha voyaient des portes ouvertes en grand à long terme. Et il fallait les protéger de la menace de Danzô.
C’est lors de la disparition du Sandaime Kazekage que tout changea. Les réfugiés apprirent la nouvelle assez rapidement. Et comme pour Suna, tous ne sentirent pas impliqués. Mais ceux qui l’étaient traquèrent toutes les pistes disponibles. Mais sans succès. Malgré le dévouement et toute la bonne volonté mise dans les recherches, le Kazekage ne réapparut jamais. Sans compter les nombreuses unités de Konoha qui furetaient à travers le monde et surtout près de Suna, selon un réseau d’information. Il fallu donc désigner un nouveau Kazekage. Celle qui fût désignée s’engagea alors dans une campagne d’aide aux réfugiés. Ce qui commença par l’attribution d’un terrain annexe pour eux, afin de bien les dissocier de Suna. Elle avait une idée en tête, et le conseil de Suna aussi. Avec des jutsu doton et d’autres suiton gracieusement offerts par des shinobi de Konoha, ils créèrent une sorte d’oasis, une réserve pour les rebelles de Konoha. On leur offrit la possibilité d’intégrer les rangs militaires de Suna, ce qui se fit minutieusement et consciencieusement. On n’engagea pas n’importe qui n’importe. Tout semblait calculé, orchestré. La puissance militaire et économique du Sable crût peu à peu. On nomma un membre du clan Nara au conseil de Suna, en tant que consultant et représentant adjoint des réfugiés de Konoha. Sarutobi Hiruzen occupait la place de représentant. Ces deux personnages montrèrent un dévouement certain pour rétablir la situation de la Feuille, mais ils n’en négligeaient pas Suna pour autant. Tout à leur honneur. Mais le conseil du Sable se montrait tantôt perfide et fourbe et tantôt compréhensif et amical. Les choses n’étaient pas si géniales en somme.
Aux dernières nouvelles, les derniers Akimichi et Nara potassent sur un projet, en catimini. Un projet qui pourrait bouleverser le monde. Les infrastructures apportées à coup de jutsu commencent à porter leurs fruits, et pas qu’au sens figuré. L’économie de Suna grimpe en flèche, sa puissance militaire aussi.
La révolution est en marche…


    [/color]



Contexte Historique de NKS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Contexte
» Contexte
» || Contexte
» Contexte
» Le Contexte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto : Keiro Sentaku :: Préface :: Règlement-